Utiliser des films périmés

Les pellicules, films argentiques ont une date de péremption. Pour les conserver le plus longtemps possible il convient de les stocker dans un frigo ou carrément au congélateur.

Il est bien entendu possible d’utiliser des films argentiques périmés, mais il y a certains risques associés à cette pratique. Tout d’abord, la sensibilité du film peut être affectée, ce qui signifie qu’il faudra ajuster les paramètres de votre appareil photo pour compenser cette perte de sensibilité, surexposer d’au moins un cran de sensibilité voire 2 ou plus, c’est à dire exposer le film 400 iso à 200 iso. Il y a une règle qui circule selon laquelle il faudrait supprimer 1 arrêt de sensibilité du film pour tous les 10 ans où il est obsolète. Par exemple, si un film iso 400 a expiré depuis 20 ans, l’exposer comme un film iso 100. Mais c’est aléatoire et cela dépend des conditions de conservation. Les films plus sensibles (valeurs iso plus élevées) se détériorent plus rapidement. Les pellicules argentiques ont une importante latitude d’exposition par nature. Ce n’est pas le cas des films diapositives. Le traitement chimique pour les négatifs existent encore, idem pour les diapositives avec développement E6.

Attention concernant le Kodachrome, il n’y a plus la chimie spécifique qui a été abandonnée pour des questions de coût et de contraintes environnementales. Les Kodachrome étaient spéciaux, fabriqués avec une partie émulsion noir et blanc avec des couches de couleurs. Il est possible de les développer avec des produits pour le Noir et Blanc, bien sûr avec comme résultat une absence des couleurs.

Pour les autres types de films, il est fort probable que les couleurs soient altérées, qu’une dominante de couleur apparaisse sur les photos ou un voile privant les photos de contraste. L’idéal est de les utiliser pour ensuite scanner le négatif et corriger les défauts par logiciel de post-traitement.

En ce qui concerne la durée de conservation, cela dépendra du type de film et des conditions dans lesquelles il a été stocké. En général, les films périmés depuis plus de 20 ans ne sont plus fiables, mais certains peuvent encore être utilisables si les conditions de stockage ont été optimales.

Dans l’ensemble, l’utilisation de films périmés peut donner des résultats intéressants et créatifs, mais cela comporte des risques et des imprévus. L’idéal est d’avoir plusieurs bobines de la même marque conservées dans les mêmes conditions et d’utiliser la 1ère en test pour voir le degré de surexposition nécessaire.

Si le film a été conservé au congélateur, vous ne verrez peut-être aucun défaut 30 ans ou plus après la date de péremption. Pour obtenir des effets, il est possible de laisser un film non périmé dans une voiture chaude l’été pendant quelques jours. C’est la chaleur et des variation de températures qui modifient la structure de l’émulsion.

Il n’y a pas forcément de mauvaises expériences à les utiliser en conscience, pour des photos très importantes ce n’est toutefois pas recommandé. Lorsque le développement est confié à un laboratoire photo, il faudra indiquer que le film est périmé pour qu’il ne soit pas développé avec des films récents car cela peut influer sur la chimie des bains de produits.

image_pdf©Patrick Pestre - pour usage personnel -