Une affaire de lumière

En photographie on a besoin de s’armer de patience. Bien que la Photographie se marie bien avec l’écrit, sur cette page nous allons rester visuel, pour montrer l’importance de la lumière. Il y a aussi le vent a prendre en compte. Pour les photos de nature, le vent peut induire du flou, on peut l’utiliser avec des vitesses lentes afin de créer un mouvement. Il a son importance pour les vêtements, pour guetter si les nuages vont bouger fabriquant des ombres différentes, regarder le sens du vent et s’il y en a ou pas. La posture photographique c’est d’être dans le moment, dans l’instant en s’imprégnant du lieu et des éléments. Ce n’est pas du tout une posture passive où on se cache derrière un appareil, c’est une posture active, sensible.

Ciel nuageux et pas de soleil direct :

Après avoir patienté, bon, des fois c’est un peu long, alors on regarde le ciel pour voir s’il a une chance de venir ou pas ce soleil. Ce sont des photos pour l’exercice, genre j’ai la flemme et là en fait je suis posé dans le siège de ma voiture et j’attends 🙂 Voilà il n’est plus caché le coquin. ça change n’est ce pas du côté du rendu de la matière et des couleurs (fin de journée).

Il y a des jours, du soleil il n’y en aura point. Alors il faut faire avec le sans, ce sera différent qu’avec du soleil. On peut aussi ajouter de la lumière (flash, spot, réflecteur).

Les différences à quelques secondes d’intervalle.

Un peu de photos de nature au printemps. En en profitant pour donner quelques explications.

C’est sur une composition comme celle-ci que la qualité de l’optique entre en compte. Tel un oisillon, cette photo pourrait s’appeler. Ici la lumière est diffuse par un temps nuageux. Les nuages servant de réflecteur géant. La netteté et les contrastes retranscrits par la qualité de l’objectif permettent de mettre en valeur un côté caoutchouté de la plante. L’intérêt c’est que son émergence au printemps, avec ses feuilles au vert tout neuf fait songer à un oisillon venant de naître et qui réclame de la nourriture. On aurait pu passer à côté sans le voir. Dans le cadrage, on laisse de l’espace en haut pour marquer comme l’attente du ravitaillement d’un oiseau qui va arriver.

image_pdf©Patrick Pestre - pour usage personnel -