Travaille ton post-traitement

N’arrête pas de faire des recherches et des expérimentations. Essaie les variations, rappelle toi de ce que tu fais et as fait. Créé tes propres traitements et enregistre les « presets » en sachant qu’il faudra les adapter car les conditions de prises de vues ne sont pas les mêmes. Passe du temps, beaucoup de temps pour progresser. Tu peux post-traiter en écoutant de la musique ou en mettant des vidéos, films, pas trop compliqués à suivre sinon tu ne vas pas beaucoup avancer. 🙂

On pourrait penser que le noir et blanc, c’est facile, non, c’est tout un champ de nuances et de subtilités. Doucement sur les curseurs de contraste, structure, clarté. Quand on débute on a tendance à chercher le spectaculaire puis quand on progresse on s’attache à la délicatesse. Rien n’empêche selon le sujet de rester sur du brutal mais qu’il soit en accord avec le sujet et le message. Attention aussi aux réglages et au rendu de l’écran utilisé car cela a une grande influence. Les zones blanches ou claire attire l’oeil, c’est pourquoi il est utile sur la photo ci-dessous en exemple d’éliminer le rond blanc dû certainement à un défaut dans l’optique car sinon le regard se dirige vers lui en premier.

Variations du post-traitement

A partir de cette photo brute réalisée avec un Nikon D5100 et un objectif Nikkor AF-S DX 35mm f/1.8G pour montrer que de posséder un matériel assez basique n’empêche pas de faire et d’expérimenter.

Couleur ou noir et blanc une question d’intention

De l’importance du post-traitement

Qui transforme et donne plus d’impact, de force et de puissance aux photos.


image_pdf©Patrick Pestre - pour usage personnel -