Logiciels non payants

Le choix d’un logiciel de post-production des photos à partir des fichiers bruts raw (DNG, NEF, RAF et noms variables selon les marques) est lié à son flux de travail. C’est à dire si on fait énormément de photos ou pas des tonnes, aussi au fait de vouloir investir en payant un système tel que la suite Adobe, Capture One pro, DXO ou alors utiliser des logiciels libres, c’est à dire non payants obligatoirement, car bien entendu il est possible de soutenir le développement de logiciels libres en apportant une obole. Le terme gratuit n’est pas apprécié car ce n’est pas gratuit, nombre de personnes investissent leur temps et il y a forcément des frais. Le logiciel libre est un concept de partage avec contribution financière volontaire.

Le choix d’un logiciel de traitement photo n’est pas forcément évident. Le mieux est d’en essayer plusieurs pour voir celui qui convient le mieux à sa propre pratique en sachant qu’il n’y a pas de secrets et qu’il faudra consacrer du temps pour comprendre comment chacun fonctionne, bien qu’il y ait des bases communes. L’aspect ergonomique est subjectif, l’important est de ne pas s’angoisser face à toutes les possibilités qui peuvent mener à un découragement et de juger trop vite en testant seulement 2 heures sans s’accrocher. Il est nécessaire de passer par une phase d’apprentissage puis ensuite d’approfondissement car les subtilités du traitement photos sont nombreuses.

darkable

Les développeurs préviennent que darktable n’est pas Lightroom. Il s’en inspire et il est développé en partie par d’anciens utilisateurs de Lightroom, il est différent. C’est un logiciel de correction et d’exportation de données brutes de capteurs en images regardables. C’est à dire qu’il fait du développement photo. Les données brutes sont un peu comme un négatif numérique, et darktable est comme une chambre noire numérique. Il permet d’ajuster les photos (exposition, couleur, contraste) et aussi de les corriger (couleurs, netteté, bruit, déformation d’objectif ou de perspective). C’est un pendant virtuel du développement-tirage argentique. Il peut corriger des photos qui sont dans des formats lisibles jpg, tif, png, etc. darktable est aussi un catalogueur, et permet de maintenir des collections de photos en utilisant des mots-clés hiérarchiques avec des sous-catégories, et de faire des recherches conditionnelles. Il permet de déplacer et supprimer des photos. Ce n’est pas un logiciel de retouche au niveau du pixel, il ne permet pas de faire des détourages, incrustations, remplacement de portions de l’image, effets spéciaux (ombres projetées notamment), de gérer des calques, ni quoi que ce soit apparenté à la peinture ou au dessin ou à la manipulation de texte, pour cela, il y a Gimp.

Voici quelques-unes de ses caractéristiques et qualités :

  • Libre et open-source dont le code source est accessible à tous. Cela signifie qu’il est possible de le télécharger, l’utiliser et même le modifier selon ses besoins.
  • Multi-plateforme : darktable est compatible avec plusieurs systèmes d’exploitation tels que Linux, Windows et macOS, ce qui le rend accessible à un large public.
  • Gestion complète du workflow : offre un large éventail d’outils et de fonctionnalités pour gérer l’ensemble du processus de traitement des photos, de l’importation à l’exportation. Il permet de gérer facilement les bibliothèques d’images, de classer les photos, d’appliquer des corrections et des filtres, d’utiliser des modules de développement avancés, etc.
  • Traitement non destructif : utilise un système de traitement non destructif, ce qui signifie que les modifications apportées à une image ne sont pas appliquées directement à celle-ci. Au lieu de cela, le logiciel enregistre les modifications dans un fichier de métadonnées séparé, laissant l’image d’origine intacte. Cela permet de revenir en arrière à tout moment et de retrouver les configurations précédentes.
  • Large prise en charge des formats fichiers RAW tels que CR2, NEF, ORF, ARW, etc. Il peut également être utilisé pour traiter des images au format JPEG et TIFF.
  • Nombreux outils de retouche : vaste gamme d’outils et de filtres permettant d’effectuer des retouches précises, y compris l’ajustement des niveaux de luminosité, de contraste, de saturation, de balance des blancs, etc. Il permet également d’appliquer des masques de luminosité et de couleur pour des retouches locales spécifiques.
  • Communauté active : darktable bénéficie d’une communauté active d’utilisateurs et de développeurs qui apportent régulièrement des mises à jour et des améliorations au logiciel. Cela permet de bénéficier de nouvelles fonctionnalités et de résoudre rapidement les problèmes rencontrés.

Attention darktable parait très compliqué de prime abord car en fait il y a beaucoup de possibilités. Il ne faut pas le rejeter d’emblée pour cette raison car il est possible de se faire son propre menu en ne sélectionnant que les onglets qui peuvent nous servir. Bon je pense ça fera l’objet d’un article car ma 1ère réaction a été il est compliqué ce truc. J’utilise en effet Capture One pro et une ancienne version de Lightroom de mon côté. Mais il me semble que si on ne veut pas payer sans cesse, darktable peut être intéressant après une phase d’apprentissage.

Personnellement je trouve que darktable permet de réaliser des noir et blanc précis et qualitatif.

Pour l’installer et l’essayer c’est ici

Logiciel ART

ART (Another Raw Therapist) est un logiciel de traitement de photos open-source basé dérivé de RawTherapee pour le simplifier. Voici certains des avantages et caractéristiques de ART :

  • Qualité de traitement : il utilise des algorithmes de dématricage de haute qualité qui permettent de traiter les fichiers RAW avec une grande précision. Il fournit des résultats avec une excellente restitution des détails et une manipulation des couleurs précise.
  • Possibilités de personnalisation : il offre une grande flexibilité grâce à ses nombreux outils de traitement et à une interface utilisateur personnalisable. Les utilisateurs peuvent ajuster facilement les paramètres tels que l’exposition, la balance des blancs, les tonalités, le contraste, la netteté, le bruit, etc. Selon leurs préférences et besoins.
  • Workflow efficace : il dispose d’une interface conviviale qui permet un flux de travail efficace. Les utilisateurs peuvent organiser leurs photos, effectuer des ajustements rapides grâce à des raccourcis clavier et utiliser des outils de gestion avancés tels que la suppression des taches, la correction de l’objectif et la gestion des profils de couleur.
  • Prise en charge de nombreux formats : ART est compatible avec de nombreux formats de fichiers RAW populaires tels que DNG, NEF, CR2, ARW, etc., ce qui lui permet de traiter les fichiers provenant de divers fabricants d’appareils photo.
  • Communauté active : il bénéficie d’une communauté d’utilisateurs active et d’un développement continu. Cela signifie que des mises à jour régulières sont disponibles, apportant de nouvelles fonctionnalités, des corrections de bugs et des améliorations de performances.
  • Licence libre : étant un logiciel open-source, ART est disponible gratuitement et offre la liberté de l’utiliser, de le modifier et de le distribuer selon les besoins de chaque utilisateur.

Pour l’essayer c’est ici

Système d’exploitation

En système d’exploitation complet en alternative à Windows ou Mac il existe une distribution Linux dédiée Ubuntu Studio https://ubuntustudio.org


image_pdf©Patrick Pestre - pour usage personnel -