Développer son style

Résumé évolutif

  • Travailler son soi, sa vision personnelle, sa façon de cadrer, sa propre façon de voir, de composer, d’aborder les sujets, mettre de la personnalité en phase avec qui on est. Se mettre dans une posture du voir et cela demande de la concentration et une habitude acquise par la pratique.
  • Attention à ne pas copier, s’inspirer sans copier et sans trop être influencé.
  • Développer son propre style est difficile, probablement qu’il y a des personnes avec du talent, qui ont un don, toutefois travailler cette « facilité » est nécessaire. Un travail tenace permet de s’améliorer.
  • Une facilité est de tomber dans des leurres techniques, comme par exemple saturer les couleurs, ne proposer que des noir et blanc très contrastés, poser des filtres systématiques marron-orangé… Ces caractéristiques techniques peuvent aider à marquer un style mais ils sont reproductibles par d’autres personnes, il est plus judicieux de travailler sur une façon de faire personnelle. Cela n’exclut pas de faire ses propres recherche sur le rendu, ce qui est souvent ennuyeux c’est de reproduire systématiquement les mêmes dominantes de couleurs ou de par exemple ne proposer que des photos faites à l’heure dorée (peu avant le coucher du soleil). Cela se pratique beaucoup dans les photos de couples ou de mariage. Je ne veux pas dire qu’il ne faut pas le faire mais marquer son propre style c’est apporter un plus autre que les seules conditions de lumière, cela ne suffit pas pour se démarquer et progresser vraiment dans son propre style, il y a d’autres composants à prendre en compte. Par exemple faire poser une femme nue entre des rochers cela ne voudra pas dire que l’on se transforme par cette action en un photographe artiste auteur comme par magie.
  • Rester modeste et encore mieux humble car ce que nous faisons ce ne sont que des photographies, garder du recul et prendre conscience qu’il est intéressant de toujours chercher à progresser.
  • Ne pas toujours chercher du sens, faire parce que l’on a l’envie de faire. On peut trouver une photographie agréable à regarder et qui interroge où chacun peut trouver le sens qu’il a envie de trouver. Des personnes peuvent trouver cette réalisation pas intéressante pour eux, peu importe, cette photographie existe parce que tu l’as faîte. Il n’y a pas forcément besoin d’une approbation dans une recherche de reconnaissance ou de félicitations. Avec de l’imagination on peut toujours trouver du sens même en indiquant que l’objectif de cette photo c’est d’interroger sur le sens. Ici la photographie rejoint la philosophie, la notion de jugement.
  • Apprendre à ne pas être affecté par des critiques non constructives. S’affirmer dans son faire, quand quelqu’un dit c’est de la chance où c’était facile et bien fais le toi, pourquoi tu ne l’as pas fait ?
  • Dans une démarche non commerciale, peu importe si les photos réalisées ne plaisent pas à un large public.
  • Quand on craint le jugement des autres qui peuvent empêcher de faire et créer du blocage, si on a besoin d’avis extérieurs dire que ce sont des essais et une expérimentation dans son travail sur le style, cela permet d’être moins affecté pour des jugements négatifs si l’on est très sensible. Ce que l’on fait n’a aucune obligation de plaire à tous.
  • Prendre conscience de ses émotions, de ses expériences et de ses valeurs personnelles pour les incorporer dans les photos pour leur donner une dimension plus personnelle, spécifique et authentique.
  • Expérimenter souvent en prenant « des risques créatifs », dès lors qu’il n’y a pas une commande à rendre et même dans ce cas en profiter outre la réalisation des photographies attendues de tenter des approches vraiment différentes.
  • Oser sortir des sentiers battus et explorer de nouvelles idées et approches artistiques même si au final le résultat est jugé bof, l’important est d’essayer.
  • Se construire une culture photographique est important pour pouvoir se rendre compte par soi-même si ce que l’on fait tient la route ou pas. Face à des critiques on peut toujours dire l’horizon n’est pas droit et c’est voulu pour se justifier mais si le résultat n’est pas terrible, il restera pas terrible malgré les justifications. On a tendance à trouver que les dernières photos que l’on a faîtes sont les meilleures, jusqu’aux suivantes. Il peut être difficile d’avoir une vision détachée pour ses propres réalisations car on a été satisfait de les faire parce qu’elles représentent un moment important ou joyeux pour soi, mais au final pour quelqu’un qui a une culture photographique aiguisée et un regard extérieur, elles sembleront banales et déjà vues.
  • Des photographies peuvent ne pas plaire et être très intéressantes, c’est le paradoxe. Nous sommes dans un domaine très subjectif.
  • Parfois on ne sait pas soi-même si une photo est intéressante ou pas au niveau du sens, on l’aime bien et c’est tout, c’est correct. Si on tient un instant d’évidence où tout s’assemble, où il y a une harmonie sans tomber dans le spectaculaire avec un effet « trophée », on sait qu’elle est vraiment bonne cette photo là et cela nous donne une grande satisfaction avec une pensée, c’est ça mon style et ce que je veux faire. C’est rare et c’est le chemin de la progression car il n’y a pas de baguette magique pour à chaque fois obtenir cet assemblage subtil.
  • Le banal peut devenir non banal grâce à son approche personnelle d’illustrer le banal.
  • Ne pas se décourager, il est normal qu’il y ait des moments où on ne progresse plus. Parfois il est nécessaire de faire des pauses. Très souvent la progression se fait par paliers avec mêmes des moments de blocage.
  • Croire que faire une bonne photo c’est seulement appuyer sur un bouton, voilà c’est facile est une erreur. Ne pas juger ceux qui pensent cela c’est seulement une non connaissance de la photographie car réaliser des photos avec son propre style c’est difficile aussi il est naturel qu’il faille du temps et de la pratique pour arriver à un résultat qui se démarque des milliards de photos « prises » chaque année dans le monde.
  • Ne pas se maltraiter en utilisant des mots contre soi qui peuvent s’imprégner dans l’inconscient. Je ne veux pas l’écrire ici, c’est se dire je me trouve… car ce sont des pensées négatives sur son travail et au final qui rejaillissent sur son soi, qui peuvent vraiment décourager à faire en se disant de toute façon je suis n… Au contraire se récompenser, se féliciter, bravo alors que tu étais bloqué aujourd’hui tu es sorti faire des photos sans anxiété sur le résultat, c’est en faisant qu’on fait.
  • Faîtes des photos tout le temps, je dis tout le temps pour que ce soit le plus souvent possible pour arriver à faire de la Photo.
  • Au niveau des publications sur les réseaux sociaux faire attention à la sélection des photos, à l’édition. Ne pas montrer trop de photos et montrer uniquement celles qui sont marquantes pour votre style pour éviter de brouiller la réputatation avec une masse de photos dont une grande partie peut être considérée comme « pas terrible ». Montrer peu et seulement les photos qui vous considérez comme bonnes et en phase avec votre vision personnelle.

Tentez…


image_pdf©Patrick Pestre - pour usage personnel -